POUÈSIE IV

  
Tremblons

Maintenons nos occupations en place

Maquillons le sujet

Gardons nos mots

Balisons nos phrases

Nous fumons les morts

comme d’la marijuana

Nous masturbons nos haleines dans les cigarettes pis les pichets de bière forte.

J’préfère encore te faire l’amour

comme on dépose des fleurs

sur un cercueil.

Publicités

POUÈSIE II

tumblr_n1nz0lnlB71r7xgixo1_1280

Nos lèvres gercées se contaminent

des peaux mortes d’nos corps arrachés aux livres des matières dangereuses.

Dans le bain d’nos eaux usées,

nous flotterons avec les vulgarités personnelles

pour en faire un jus protéiné d’nous deux.

________________________________________________

J’dors avec le son d’la radio.

J’rêve parfois qu’chu l’requin pis la victime d’mon attaque.

J’vole au-dessus du traffic pour enfin m’réveiller

lorsque l’O Canada s’entend.

Quel cauchemar.

Blogue-série : Saison 1- épisode 1

 

EXTÉRIEUR.

Ouverture musicale avec la chanson Trop d’amour de Marjo.

Plan large sur le parc Jarry, on voit le Boulevard Saint-Laurent dans un gris d’hiver du mois de mars. Travelling avant à travers des arbres aux branches vides en direction de la fenêtre d’un appartement au deuxième étage d’un condo. Le balcon est rouge. Les fenêtres sont blanches et sales. La vieille Carole regarde par la fenêtre. Un jeune bum avec un Canada Goose noir tente de voler des caps de roue sur une Toyota Tercel verte. C’est le char de Carole. Son visage le réalise.

La musique en fade-out laisse place aux bruits du boulevard et des chars.

Narrateur (Charles Tisseyre)

  • Un jeune homme qui se nomme Pierre Gargamel Nadeau (Xavier Dolan) veut démarrer sa nouvelle entreprise. Sa compagnie, où il est le patron et le seul employé, offre des pièces de voitures de bonne qualité à de très bons prix. La compétition est féroce, mais le jeune loup ne se laisse pas impressionner par les Canadian Tire de ce monde.

Carole (vieille Sophie Cadieux)

Elle porte un bas de pyjama en flanalette avec des chats, un t-shirt I woke up like this du H&M, sous une robe de chambre des années 1980 achetée dans une friperie Renaissance.

Elle sort sur le balcon en panique, pas de pantoufle. Elle hurle. On la voit dans un plan américain en contre-plongée.

  • HEILLE! Ptit criss de mongole! Quessé qu’tu câlices après mes caps de roue! M’a appeler la police là! Arrête! Au voleur! Au voleur!
  • Police! Police! Ostie de marde! Police!!
  • Police caaaaaaaaliiiiiiccccccccee!

Plan serré sur la Tercel. Pierre arrache à l’aide d’un pied de biche un cap de roue. Il reste accroupi. Un piéton arrive à sa droite. Pierre se cache.

Denis Rondeau (Francois Letourneau)

Il ne dit rien.

Il marche. Denis passe dans l’écran. Il passe près du char vert. Denis ne s’occupe pas du voleur. Denis ne voit rien. Il ne fait rien. Denis ignore les cris de Carole qui s’époumone sur son balcon. Il regarde dans la direction des téléspectateurs. Denis réalise qu’il n’est pas dans la bonne série. Il sort du champ.

Retour au plan en contre-plongée. Carole est en tabarnac. Elle frappe ses points contre le garde du balcon. Elle abandonne.

Champ (sur Carole qui retourne chez elle). Contre-champ (sur Pierre qui se sauve en direction nord).

Travelling arrière sur la fuite et glissement vers le balcon de Carole.

Narrateur

  • Sans effort, Pierre est devenu le roi d’la scrap à Montréal. Son empire s’étendra au-delà des frontières d’ici quelques années. Laval et Longueuil seront ses royaumes. Même la pauvre Carole rachètera son cap de roue dans cette entreprise.

On passe lentement du balcon du deuxième à la fenêtre du rez-de-chaussée. On observe par l’extérieur une chambre d’adolescent. Le bordel y règne.

(A suivre dans le prochain épisode,)

tumblr_mnjmmlOA0K1qa77x4o1_400.gif